Fessenheim : fermeture « pas exclue » pour NKM mais…

Si la ministre de l’Ecologie a affirmé qu’une éventuelle fermeture de la centrale de Fessenheim n’était pas à exclure, on n’en est pas encore là, loin s’en faut.

Elle attend, Nathalie Kosciusko-Morizet… Elle attend deux choses : les résultats des audits lancés par François Fillon, et la revue décennale de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN). Elle attend avant de prendre éventuellement la décision de fermer Fessenheim, la doyenne des centrales.

A bien mettre au conditionnel, hein : « La fermeture n’est pas exclue. Elle n’est pas non plus à ce stade annoncée. Nous avons besoin de l’ensemble des décisions. Il ne faut pas aborder la sûreté nucléaire avec une démarche idéologique. »

Et la ministre de l’Ecologie de préciser, d’abord à propos de l’ASN : « J’ai besoin d’avoir le travail de revue décennale de l’autorité de sûreté nucléaire. Je l’ai reçu en juillet. »

 

2. … les audits du gouvernement

Car aux dires de NKM, « l’autorité de sûreté nucléaire recommande un certain nombre de travaux dont nous devons savoir s’ils sont techniquement possibles et qui auront un coût financier » ; puis à propos des audits : « L’accident de Fukushima est passé par là. Le Premier ministre a lancé des audits. Nous en aurons les résultats entre décembre et janvier. Moi, je veux attendre d’avoir les résultats de l’audit pour pouvoir tirer des conclusions sur Fessenheim. »

Reste à se poser aussi éventuellement – mot du jour – la question de l’impartialité des dits audits, et si ces grandes études commandées auront ou non une réelle importance quant à l’issue finale de ce dossier (source : France Info).

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse